En décembre 2019, quelques mois après avoir terminé mon école de photographie Spéos photo , je continuais à travailler en tant que photographe indépendant. Cependant, ces quelques “piges” ne me permettaient pas de subvenir pleinement à mes besoins. J’ai découvert alors la Mission Locale, qui propose aux jeunes de moins de vingt cinq ans des formations de sensibilisation au monde du travail, aux démarches d’obtention de logements sociaux etc. mais surtout une allocation de cinq cent euros par mois aux jeunes qui la demande. C’est alors que j’ai rencontré des jeunes cosmopolites “en difficulté”.. La richesse des échanges et des rencontres avec ces jeunes m’ont amené à l’idée d’un documentaire photo pour prendre le temps de comprendre leur vie, leur chemin, leurs ambitions. Je tiens à remercier Polka Magazine pour me soutenir afin de pouvoir réaliser ce projet, je remercie en particulier Dimitri Beck pour son aide précieuse 🌷✨

                       Eden est née d'une mère musulmane et d’un père athée.

Ce qui cause sa descente aux enfers ?
Un tout... La mort de l'un de ses deux frères, puis de son père.
Une vie secrète et l’impossibilité pour elle d’être comprise par les siens.

Ces photos restent les seules souvenir de son ancienne maison, ancienne vie. Ces couteaux qu'elle portait pendant la période où elle restait dans la rue après avoir quitté sa maman, sa maison.
Ces photos restent les seules souvenir de son ancienne maison, ancienne vie. Ces couteaux qu'elle portait pendant la période où elle restait dans la rue après avoir quitté sa maman, sa maison.
On lui ai toujours interdit d’être elle-même, d’aimer les femmes, l’art, de chanter et de pleurer. Elle tente de trouver sa place à la maison pour élever son autre frère malgré sa dépression. Elle est finalement parti en foyer. Ces photos restent les seules souvenir de son ancienne maison, ancienne vie. Ces couteaux qu'elle portait pendant la période où elle restait dans la rue après avoir quitté sa maman, sa maison.

Difficile pour elle de ne plus toucher aux drogues. Elle vagabonde alors dans les rues, passe des journées entières à marcher, à errer de places en places, de potes en potes : « Bien sûr, j’ai voulu cesser de vivre, mais je n'ai pas encore réussi... Je me suis dit que ma place était sur Terre, que je devais à présent tout faire pour m’y sentir à ma place, aussi difficile que cela puisse paraître »

                                                                       La mission locale de Paris 2020

"Aujourd’hui, j’ai trouvé l’amour auprès d’une fille, j’ai retrouvé goût à la vie en étant libre. J’aime, et je chante”.

Back to Top